Offres d'emploi‎ > ‎

Un(e) Consultant (e) pour réaliser une étude de base sur la dynamique des conflits, la situation socio-économique et services sociaux de base

Offre de consultance

Un(e) Consultant (e) pour réaliser une étude de base sur la dynamique des conflits,
la situation socio-économique et services sociaux de base

Lieu d'affectation : Kalemie

Closing date: 14 Janvier 2014

 

            Détails de l'offre

Contexte Dans leurs efforts d’appui à la stabilisation en RD Congo , l’UNICEF, le PNUD et la FAO ont reçu un financement de UNTFHS (United Nations Trust Fund for Human security ) pour la mise en œuvre d’un projet conjoint d’appui Appui à la Sécurité humaine à travers le relèvement précoce et le renforcement des capacités locales dans la prévention et la résolution des conflits en territoire de Nyunzu / District de Tanganyika. »Ce projet conjoint PNUD/FAO/UNICEF mis en place dans le territoire de Nyunzu valorise la complémentarité des mandats des trois agences et les valeurs ajoutées de leurs expériences dans des projets similaires mis en œuvre au Nord-Kivu (Beni, Masisi), au Sud Kivu (Kalehe/Bunyakiri, Walungu). Il vise le relèvement socio-économique, l’amélioration du bien-être des populations et le renforcement des capacités de prévention et résolution des conflits locaux, tout en rendant les communautés cibles plus résilientes aux impacts des conflits externes. Ce programme contribue à la réalisation de l’objectif 4 de la Stratégie Internationale d’appui à la Sécurité et à la Stabilisation (ISSSS), en appui au programme gouvernemental de Stabilisation et de Reconstruction des zones sortant des Conflits armés (STAREC). Visant l’efficience et l’efficacité d’une mise en œuvre conjointe du projet, les agences accordent une importance accrue à l’évaluation des produits, effets et impacts des interventions, ainsi qu’à la mesure des changements induits en faveur des populations locales. A cette fin, il est nécessaire de disposer des informations et des indicateurs précis sur les secteurs concernés par le projet, et une stratégie claire et renseignée du système de suivi-évaluation qui permettent de mesurer les changements intervenus attribuables à ce projet conjoint. D’où la nécessité de faire une situation de référence servant de point de départ à la phase d’exécution du projet.

La situation de référence sera un travail d’ensemble et fera ressortir les données spécifiques aux domaines d’intervention des trois agences d’exécution du projet et celles relatives aux aspects transversaux, tout en y incluant des indicateurs reflétant la synergie. Le système de suivi-évaluation commun aux trois agences doit permettre de dégager des indicateurs spécifiques à chaque secteur d’intervention, ainsi que sur des aspects transversaux.

  1. Objectifs de l’étude

lL’étude sera structurée autour de deux objectifs principaux :  lElaborer la situation de référence du projet conjoint, afin de faire ressortir les données pouvant orienter la planification conjointe des activités et permettre la mesure des résultats, effets et/ou impact du projet dans la zone du projet Définir le système de suivi-évaluation du projet conjoint, axé sur les résultats de développement et garantissant la synergie des trois agences d’exécution dans le respect des thèmes transversaux et des responsabilités spécifiques de chacune des agences. Plus spécifiquement l’étude vise les objectifs suivants : Concernant l’élaboration de la situation de référence du projet: 1) Collecter et analyser les données permettant de confirmer ou de redéfinir les indicateurs contenus dans le cadre des résultats du projet et ainsi obtenir leur niveau de référence au démarrage du projet 2) Procéder, avec les agences concernées, à l’analyse et à la validation des indicateurs redéfinis 3) Identifier, dans la zone, les principaux groupes sociaux, ainsi que les groupes les plus vulnérables susceptibles d’être les principales victimes en cas de conflits et analyser les mécanismes existant de résolution, gestion et prévention de ces tensions 4) Réaliser un mapping des principaux acteurs des secteurs sociaux et économiques, les associations de producteurs, les IMF & COOPEC, les associations, mutuelles ou regroupements d’épargne et de crédit 5) En collaboration avec la FAO, faire une analyse de la sécurité alimentaire afin de fournir des informations de bases pour l’amélioration des moyens de subsistance. 6) En collaboration avec le PNUD, analyser les filières porteuses de production agricole tel que le riz, le maïs, l’arachide, le palmier à huile, le niebé, le manioc leur circuit de commercialisation et identifier les goulots d’étranglement et les actions à entreprendre pour favoriser leur relance. 7) En collaboration avec l’UNICEF, faire une analyse sur la disponibilité, l’accès et le fonctionnement, la gouvernance et la redevabilité des services sociaux de base tant pour l’éducation, la santé, la protection, l’eau et l’assainissement. 8) Analyser le fonctionnement et la perception de la population de la radio communautaire. Etablir l’état de lieux de la problématique de sensibilité aux conflits, des mécanismes locaux de gestion pacifique des conflits, de la réduction des risques; et formuler des indicateurs de performance et de suivi y afférant 9) Elaborer un rapport qui présente la situation de référence du projet : il inclura les niveaux de référence des indicateurs du projet et des points transversaux, ainsi que les résultats des analyses sectorielles. Inclure les aspects de la communication avec les communautés bénéficiaires pour les accompagner dans l’identification et l’analyse de l’arbre à problème afin de faciliter une bonne appropriation communautaire du projet. Concernant la définition du système de suivi-évaluation du projet : 10) Pour chaque indicateur retenu plus haut, développer un plan de suivi et de collecte des données. Il s’agira notamment, à partir des indicateurs retenus, de définir les fréquences de collecte, les zones et le niveau de collecte (groupement, aires de santé, localité, ….), la source de collecte, les responsables de la collecte et les sources de vérification. A partir des résultats de la situation de référence, proposer en collaboration avec les agences les cibles à atteindre en fin de projet. 11) Les méthodes de collecte et de traitement des données, devront également être élaborées. Règles à respecter pour les indicateurs :- Les indicateurs des activités qui devront permettre à la fois un suivi et une évaluation des effets des actions conjointes de 3 agences à travers une méthode participative. Des indicateurs plus transversaux doivent également être définis afin de permettre d’évaluer l’apport spécifique de la mise en œuvre d’un projet commun non seulement concernant les objectifs du projet lui-même mais de manière plus générale concernant la stabilisation et le relèvement socio-économique dans les zones ciblés. - Les indicateurs devront être SMART et doivent pouvoir être désagrégés par genre afin de mesurer l’impact spécifique du projet sur les hommes et les femmes, les jeunes filles et les garçons. Il devra y avoir aussi bien des indicateurs quantitatifs par des enquêtes légères, et qualitatifs par des focus groups ou des entretiens. La liste des indicateurs définis, tout en permettant de mesurer les résultats obtenus, ne doit pas être trop longue afin de pouvoir être réellement utilisable. La fréquence de collecte des indicateurs devra être définie en tenant compte de l’utilisation qui sera faite des données recueillies (est-ce que ces données doivent permettre d’orienter les décisions prises), de la facilité de collecte des données, des moyens prévus pour le suivi-évaluation au sein du projet 3. Les tâches et les fonctions assignées au consultant(e)• Le(a) consultant(e) travaillera sous l’autorité générale du Spécialiste PME/ UNICEF et sous la supervision des experts en Suivi et Evaluation UNICEF/FAO/PNUD, en étroite collaboration avec le Lead du projet conjoint. • Le(a) consultant(e) travaillera sur le terrain avec les experts de projets de la FAO, de l’UNICEF et du PNUD pour la collecte de données. • Il veillera aussi à capitaliser la réalisation des analyses sectorielles existantes et autres études réalisées.• Le(a) consultant(e) devra organiser et tenir des réunions conjointes et en bilatéral avec l’UNICEF, le PNUD et la FAO pour lister les indicateurs clés à récolter sur le terrain ; il tiendra aussi d’autres réunions avec les services étatiques impliqués dans le projet (IPS, EPSPIPAPEL, DIVIPLAN, Développement rural, Jeunesse et emploi,…).• Au cas où les partenaires d’exécution des projets pour les 3 Agences sont déjà identifiés, Le(a) consultant(e) prendra soins de travailler avec eux afin qu’il y ait une cohérence dans la méthodologie de l’identification de collecte et de suivi-évaluation.• Le(a) consultant(e) partagera avec les trois agences les informations complémentaires reçues sur terrain en rapport avec l’état d’avancement des activités de l’étude afin de faciliter les éventuels réajustements. Une attention particulière devra être accordée à l’aspect genre et équité et l’ensemble des données collectées ainsi que les analyses réalisées devront indiquer la manière dont les femmes et les hommes sont différemment (ou non) affectés par les interventions du projet.• Une attention particulière devra être accordée à l’aspect genre et équité et l’ensemble des données collectées ainsi que les analyses réalisées devront indiquer la manière dont les femmes et les hommes sont différemment (ou non) affectés par les interventions du projet. Les tâches du consultant devront couvrir les aspects suivants: Concernant l’élaboration de la situation de référence du projet: 1) Pour la collecte et l’analyse des données o Effectuer les missions de terrain dans les zones ciblées afin de collecter les données nécessaires pour renseigner les indicateurs retenus, ainsi que pour avoir des données sur la situation socio-économique des zones ciblées selon la méthode prédéfinie (entretiens, focus groups, ..). o Procéder à l’analyse des données traitées en présentant les différences constatées pour les hommes et les femmes. 2) Pour l’analyse de la situation économique (PNUD) o Effectuer une analyse économique de la rentabilité des 3 filières riz, maïs, palmier à huile et arachides et identifier le goulot d’étranglement dans leur développement 3) Pour l’analyse de l’étude de sécurité alimentaire (FAO) o Effectuer les missions nécessaires pour mesurer les changements dans la l’alimentation des populations, indicateurs de production et d’accès aux services et intrants, chaîne des valeurs et circuits d’approvisionnement et de commercialisation afin de fournir des bases pour l’amélioration des moyens d’existence. 4) Pour l’analyse sur les services sociaux de base (UNICEF) o Effectuer les missions nécessaires afin d’analyser la disponibilité, l’accès et le fonctionnement des services sociaux de base. o Faire des évaluations participatives avec les bénéficiaires dans les écoles, les centres de santé … afin de se rendre compte de l’impact des infrastructures sur le taux de scolarisation des filles et des garçons, la cohésion sociale, la gouvernance et la prévention des conflits. o Accompagner les communautés bénéficiaires dans l’analyse de la situation afin qu’ils s’approprient les résultats du projet Concernant la définition du système de suivi-évaluation du projet : 1) Pour la liste des indicateurs du projet (en collaboration étroite avec les responsables de l’UNICEF) o A partir de la liste des indicateurs du Document de Projet (essentiellement indicateurs de produits), élaborer en collaboration avec l’équipe du projet Conjoint une liste d’indicateurs (produits, effets, impacts) SMART pour le projet. Cette liste d’indicateurs devra obligatoirement être validée de manière conjointe par le PNUD, la FAO et l’UNICEF. 2) Pour le plan de suivi des indicateurs o Elaborer le plan de collecte de ces indicateurs pour la durée totale du projet. Ce plan, sera élaboré à partir des outils déjà existants et choisis par les responsables chargés du Suivi/Evaluation des projets mis en place par les partenaires au niveau du PNUD/FAO/UNICEF et pour d’autres projets exécutés par ces agences afin d’assurer une homogénéité des outils. o Elaborer les outils nécessaires à la collecte des indicateurs et à leur traitement (sous forme informatique). Ces outils devront être validés conjointement par toutes les agences et leurs versions finales seront remises à l’UNICEF pour permettre la collecte et le traitement réguliers des indicateurs. Ces outils devront prévoir la prise en compte du genre et les indicateurs devront pouvoir être désagrégés par sexe pour chaque secteur si possible. o Produire un rapport qui présentera le plan de suivi des indicateurs. Il inclura notamment la liste exhaustive des outils produits et utilisés pour la collecte, le traitement et l’analyse des données. Ce plan de suivi des indicateurs du projet inclura les valeurs de référence des indicateurs ainsi que les valeurs cibles en fin de projet. Il devra notamment inclure pour chaque indicateur: la fréquence de collecte, la source de collecte, les responsables de la collecte, le moyen de vérification. o Réaliser un atelier de restitution et présentation des résultats de l’étude en impliquant les partenaires et principaux parties prenantes du projet conjoint o Rédiger un rapport d’étude intégrant les recommandations de la restitution, présenter et diffuser ce rapport auprès des structures concernées.

  1. Méthodologie de l’Etude La situation de référence dans les zones d’intervention du projet conjoint doit émaner des populations elles-mêmes et non des hypothèses pré-formulées dans le document de Projet. C’est pour cette raison qu’une approche participative devra être utilisée par l’équipe dans le cadre de l’enquête menée, ce qui va permettre aux groupes cibles de s’exprimer et de formuler eux-mêmes les critères sur le niveau d’amélioration des moyens de relèvement précoce dont le capital humain (santé), le capital social (le niveau d’organisation des agriculteurs, ), le capital naturel (l’eau, le bétail, …) ? est-ce que avant le projet il y avait des conflits ? ou après ? Comment était le niveau de cohésion sociale ? Quelles étaient les causes réelles de conflits ? le projet a –il suffisamment remédié à celles-ci ? (s’il y a un indicateur y afférent) Afin d’intégrer les différents points de vue, l’enquête sera menée aux différents niveaux sollicités par les termes de références, notamment le niveau des groupements, et des villages et des ménages. La méthode de collecte de données sur le terrain est basée sur 4 éléments d’appréciation à savoir :

Approche méthodologique pour la situation de référence

Cette approche sera divisée en plusieurs parties :

• - Une partie qualitative avec les comités locaux de paix, les comités villageois de développement, les Centres communautaires polyvalents, les associations des parents d’élèves, des organisations paysannes, et des éleveurs/agriculteurs, personnels enseignants,… les interviews semi structurées en utilisant des questions ouvertes qui laissent une latitude à des réflexions spontanées de la part des enquêtés pour qu’ils expriment leur propre point de vue.• Une partie quantitative avec des questionnaires structurés au niveau des ménages pour compléter des informations recueillies au cours de l’enquête;• Des entretiens semi-structurés au niveau territorial, des groupements et des villages, avec les services techniques, les autorités administratives (administrateurs, les chefs de poste, et les chefs de groupement) et les partenaires au développement (les collaborateurs programme et d’autres projets/ONG) pour comparer des données collectées sur le terrain par l’équipe;• L’exploitation des documents disponibles (les statistiques nationales sur la pauvreté, des documents du projet conjoint etc.) en vue de disposer d’informations supplémentaires. La triangulation à travers ces 4 éléments ci-dessus cités va permettre de comparer les données collectées et celles existantes au niveau provincial, territorial, et des projets/ONG pour faire ressortir des contradictions possibles pour infirmer ou confirmer les résultats de l’enquête.

Zone d’enquête et critères de sélection

La zone d’enquête sera présélectionnée par l’équipe du projet conjoint dans la zone d’intervention du projet surtout selon les critères de représentativité validés par les experts du projet. Ces critères vont en même temps englober les facteurs les plus importants sur le niveau de vie et de pauvreté; le niveau de cohésion sociale et la dynamique des conflits.

Les outils à utiliser

Concernant l’enquête au niveau des localités, des instruments et outils mesurant les données qualitatives et quantitatives seront utilisés pour les groupes tels que les assemblées générales des CCP, des Comités Villageois de Développement, Comités locaux permanents de paix, les associations des parents d’élèves, des enseignants, les organisations paysannes, des producteurs, les comités d’eau, etc. Les focus groups et interviews individuelles au niveau des ménages seront faits. Des questionnaires structurés vont permettre de collecter des données d’ordre général sur : la taille des ménages, la production agricole, les revenus monétaires et non-monétaires, sur la sécurité alimentaire, l’accès à l’éducation, à l’eau, aux soins de santé, etc..

S’agissant de la cohésion sociale, l’étude va utiliser trois sources d’informations, à savoir: Questionnaire, Focus groups et Entretiens individuels.

  1. Les résultats attendus de l’étude
  2. ØUn rapport présentant la situation de référence du projet. Il inclut: Øles valeurs de référence des indicateurs  Øles résultats des analyses sectorielles sur la sécurité alimentaire, l’éducation, santé et cohésion sociale des analyses pour les 4 secteurs ciblés et une analyse globale de la situation actuelle dans la zone d’intervention et du contexte Øqui tiennent compte des derniers développements en matière de sécurité. L’exploitation des études antérieures de « Search For Common Ground (SFCG) » et autres
  3. ØUn rapport présentant le système de suivi et évaluation du projet. Il inclut notamment : Øla liste validée des indicateurs du projet conjoint en matière de relance de l’économie, d’accès aux services sociaux de base, cohésion sociale et bonne gouvernance; Øle plan de suivi et de collecte des indicateurs, incluant les outils nécessaires à la collecte et le traitement des données les valeurs de référence et les cibles à atteindre en fin de projet
  4. Un rapport de synthèse (environ 5 pages) résumant les principaux éléments de l’étude.
  5. Durée et localisation L’étude s’étendra sur une durée maximale de 45 jours y compris la phase préparatoire, la phase de collecte des données sur le terrain, de traitement et d’analyse des données et celle du rapportage et restitution. Le Consultant/Consultante devra préparer une note méthodologique et un programme de travail au démarrage de la mission. Le programme de travail comprendra, entre autres, une répartition du travail, un calendrier des entretiens envisagés et des visites de terrain ainsi qu’une proposition de date pour la restitution des conclusions préliminaires au comité technique de pilotage, la date de la mise à disposition du rapport provisoire et du rapport final (A valider par l’UNICEF de concert avec le PNUD et la FAO). Le consultant débutera par des rencontres avec les équipes de la FAO, PNUD et de l’UNICEF à Kalemie, avant de poursuivre les visites dans la zone ciblée.
  6. Qualifications et Compétences requises

Education : • Etre titulaire d’un diplôme universitaire de licence ou maitrise en développement, sciences sociales, ou dans tout autre domaine pertinent, • Avoir une connaissance complémentaire ou expérience dans le domaine de l’évaluation en zone post-conflit

Expérience : • Justifier d’au moins 7 ans d’expérience dans le domaine de l’évaluation de projets dans les pays en développement, programmes de pacification et de stabilisation Justifier d’une expérience confirmée dans la réalisation de missions similaires Très bonne connaissance du contexte et des enjeux locaux (économique, social, politique…)avoir une maîtrise des méthodes de recherche et d’analyse des données ; avoir une excellente capacité de rédaction, Bonne connaissance de l’informatique et de ses principales applications. Connaissances linguistiques : • Maîtrise indispensable de la langue française tant à l’écrit qu’à l’oral. La connaissance des langues locales serait un atout

How to apply :

Les dossiers de candidature devront comprendre une lettre de motivation, un curriculum vitae détaillé, un formulaire P11 dûment complété et signé, les photocopies des diplômes et attestations des services rendus, les coordonnées de contact (adresse mail et numéros de téléphone) de 3 personnes de références et tout autre document renseignant sur la carrière du consultant.

Les dossiers seront adressés au Chef de Bureau de l’UNICEF Kalemie et envoyés aux adresses électroniques ci-après : dndahanwa@unicef.org, adjunga@unicef.org et ematanda@unicef.org avec le numéro et titre de l’avis de vacance en objet du message.

N.B : Le formulaire P11 et autres informations sont disponibles sur le site UNICEF RDC (www.unicef.org/drcongo/french/)

SEUL(E) S LES CANDIDAT(E) S RETENU(E) S SERONT CONVOQUE(E)S

Comments