Consultant(e) national(e) chargé(e) de réaliser un documentaire sur les grossesses précoces

Avis de recrutement

Consultant(e) national(e) chargé(e) de réaliser un documentaire sur les grossesses précoces
Type de contrat : contrat à courte durée SSA
Nombre de poste : 1
Durée du contrat : 44 jours ouvrables
Lieu d’affectation : Kinshasa
Date limite : 25 Avril 2014

      I.        Contexte et justification

 

1.    Situation  des grossesses précoces dans le monde

Dans le monde, près de 16 millions de jeunes filles âgées de 15 à 19 ans et 2 millions de jeunes filles de moins de 15 ans accouchent chaque année et  une jeune fille sur cinq a déjà eu un enfant à l’âge de 18 ans. Les naissances chez des mères adolescentes sont généralement plus fréquentes parmi les populations pauvres, moins instruites et rurales. La grossesse chez les adolescentes est un facteur majeur de mortalité de la mère et de l’enfant et contribue également au cercle vicieux « mauvaise santé- pauvreté ». Le risque de mourir des suites de la grossesse est plus élevé chez les adolescentes que chez les femmes plus âgées. Plus l’adolescente est jeune, plus ce risque augmente. 

2.    Causes

Plusieurs facteurs contribuent au phénomène des grossesses chez les adolescentes :

-         Normes culturelles défavorables : pressions  de la société pour se marier et avoir des enfants tôt ;

-         Pauvreté  qui entraine les perspectives d’éducation et d’emploi limitées ;

-         Mariages précoces : dans les pays pauvres, plus de 30% des filles se marient avant l’âge de 18 ans; près de 14% avant l’âge de 15 ans ;

-         Ignorance : certaines adolescentes, mêmes mariées ou en couple,  ne savent pas comment éviter une grossesse ou sont incapables de se procurer des contraceptifs ;

-         Faible pouvoir de négociation : la plupart des adolescentes  ne sont pas en mesure de refuser des rapports sexuels ;

-         Violences sexuelles : la violence sexuelle est répandue et touche plus particulièrement les adolescentes. Plus d’un tiers des filles de certains pays disent que leur premier rapport sexuel a eu lieu sous la contrainte ;

-         L’éducation sexuelle fait défaut dans de nombreux pays.

 

3.    Les conséquences

-         Les adolescentes enceintes sont plus susceptibles que les adultes de subir des avortements à risque. On estime que 3 millions d’avortements à risque surviennent dans le monde chaque année chez les jeunes filles âgées de 15 à 19 ans. Ces avortements à risque contribuent pour une grande part à des problèmes de santé durables et à des décès maternels.

-         Avoir un enfant pendant l’adolescence a des conséquences graves pour la santé de la mère et de l’enfant : 

-         Les complications de la grossesse et de l’accouchement sont parmi les principales causes de décès chez les jeunes filles âgées de 15 à 19 ans dans de nombreux pays à revenu faible ou moyen.

-         Les mort-nés  et les décès néonatals sont 50% plus nombreux parmi les enfants nés de mères adolescentes que parmi ceux de mères âgées de 20 à 29 ans.

-         Les enfants de mères adolescentes sont plus susceptibles d’avoir un faible poids de naissance, ce qui peut avoir des effets à long terme sur leur santé et leur développement.

4.    Situation des grossesses précoces en République Démocratique du Congo (RDC)

En RDC, les dispositions de la loi n°09/001 du 10 janvier 2009 portant protection de l’enfant promulguée par le président de la République visent à préserver les enfants de moins de 18 ans des risques de morbidité et de mortalité éventuels des suites d’une grossesse ou d’un accouchement précoce.  Toutefois, cette loi est faiblement appliquée. Selon l’EDS 2007, 50% des  adolescentes de la RDC sont mariées à l’âge de 18,6 ans (âge médian au premier mariage et 12% sont mariées avant 15 ans exacts.  De son côté, l’enquête MICS 2010 indique que  28% des adolescentes de 15-19 ans ont déjà commencé  leur vie féconde et 4% ont eu une naissance vivante avant l’âge de 15 ans  D’après le PNSA,   30% d’adolescentes avortent et 20% accouchent chaque année en RDC. En fin, contrairement aux femmes, les hommes se marient relativement tard en RDC : l’âge médian au premier mariage est de 24,3 ans pour les garçons. Malgré cette situation préoccupante, les lois et les coutumes de la RDC ne favorisent pas l’accès des adolescents sexuellement actifs ou mariés précocement à l‘information et aux services de planification familiale et à l’éducation sexuelle complète. Par conséquent, la mortalité maternelle et néonatale reste élevée et la RDC est parmi les grands réservoirs de la fistule obstétricale en Afrique.

En mai 2011, l’Assemblée mondiale de la Santé a adopté une résolution invitant instamment les États Membres à accélérer les mesures visant à améliorer la santé des jeunes. Elle prévoyait trois mesures précises :

-         Revoir les politiques visant à protéger les jeunes des grossesses précoces;

-         Assurer l’accès à la contraception et aux services de santé génésique; et

-         Promouvoir l’accès à des informations exactes sur la santé sexuelle et génésique.

-         Réduire le nombre de mariages avant l’âge de 18 ans;

-         Réduire l’incidence des rapports sexuels sous la contrainte chez les adolescentes

    II.        But, tâches et responsabilités

 

1.    But de la consultance

Le but de la consultance est de produire un documentaire de 27minutes sur les grossesses précoces pour le bureau du Fonds des Nations Unies pour la Population en RDC (UNFPA) pour soutenir ses actions de plaidoyer en faveur de l’application de législations imposant un âge légal minimal pour le mariage, la mobilisation des communautés pour soutenir ces lois et  soutenir un meilleur accès à l’information et aux services de contraception  afin de contribuer à faire baisser la fréquence des grossesses trop précoces.

2.    Tâches et responsabilités du (de la)  consultant(e ) 

Sous la supervision générale du Représentant Résident a.i de l’UNFPA et sous la supervision directe du chef de l’Unité de Communication de UNFPA, et en collaboration avec le Chargé de programme de Planification familiale, les membres de staff de l’Unité « Genre », et le  Chargé de programme de prévention du VIH/Point focal « Jeunes », le (la) consultant(e ) national(e ) qui doit disposer du matériel de production et de montage numérique, ainsi que  des consommables nécessaires (cassettes, DVD, etc.) pour faire le documentaire, assurera la production du documentaire. Il/Elle aura à  exécuter les tâches spécifiques ci-dessous :

-        Soumettre le synopsis et un plan de tournage pour le documentaire à l’approbation de l’UNFPA ;

-        Faire un repérage des lieux de tournage, pour planifier le tournage et demander les permissions, si nécessaire ;

-        Préparer un découpage des plans qu’il faut tourner ;

-        Faire le tournage dans les quartiers sélectionnés de  Kinshasa et dans les provinces choisies (la durée du tournage pourrait être de 2 à 3 semaines),  en tenant compte des sites de collecte de données   et  des profils des  personnes à interviewer, y compris les adolescent(e)s et  parents, déterminés par UNFPA et ses partenaires  ;

-        Conduire les interviews sur le terrain et à Kinshasa des adolescentes, femmes et hommes identifiés ;

-        Faire signer les protocoles de consentement des personnes filmées ;

-        Rédiger les commentaires et assurer la traduction des interviews (du Lingala au Français) réalisés ;

-        Editer et faire le montage du documentaire (le mixage du son avec les entrevues,  la narration, l’ambiance, les effets sonores, le sous titrage, la génération des caractères et autres) ;

-        Enregistrer le texte de narration ou les commentaires ;

-        Soumettre la première version du montage à l’UNFPA avant de le finaliser ;

-        Produire 200 copies du documentaire (DVD) dans des jaquettes, dont la maquette sera réalisée en accord avec l’UNFPA/RD Congo ;

-        Les rushes et autres matériels produits seront la propriété de l’UNFPA et ne pourront être exploités ou utilisés à d’autres fins en dehors du contrat de travail, qui sera établi dans le cadre de la présente consultation.

 

3.    Tâches et responsabilités de l’UNFPA :

Pour la réalisation de ce documentaire, l’UNFPA jouera le rôle de conseiller et  prendra en charge tous  les frais requis notamment ceux liés aux  déplacements à l’intérieur du pays de l’équipe de tournage et obtiendra les autorisations nécessaires à la prise de vues. Les bureaux décentralisés  de l’UNFPA  de Lubumbashi, de Kinshasa et de Goma seront impliqués dans le tournage du documentaire et identifieront, en partenariat avec les zones de santé,  les personnes à interviewer, ainsi que les sites de tournage.

   III.        Résultats attendus :

-         Un master du film en DVD (1 en version française avec sous titrage en Anglais) de 27 minutes mettant en exergue la problématique des grossesses précoces en RDC, ses causes et conséquences dans la vie des adolescents, auteurs de ces grossesses, comme chez les adolescentes qui ont des enfants est produit. Le film sera aussi l’occasion de faire le plaidoyer auprès des parents, des leaders religieux, leaders coutumiers, les décideurs politiques, et autres membres de la communauté contre le mariage précoce, les grossesses précoces et les pratiques en faveur de la prévention des grossesses non désirées chez les adolescentes. 

-          200 copies DVD (en français avec sous-titres en Anglais)  sont produites.

-         2 reportages en français d'une durée de 2'30 seront produits (extraits des images de tournage) et diffusés, par les soins du consultant, dans une chaine internationale de télévision et dans une chaine nationale Congolaise.

  IV.        Qualifications  et expériences  requises

Le consultant national chargé de la réalisation du documentaire sur les grossesses précoces doit avoir une solide connaissance des aspects juridiques, journalistiques et communicationnels liés à ce genre de document. Il doit avoir :

-         Un diplôme de journalisme ou de communication, avec une spécialisation en télévision ou diplôme de producteur-réalisateur de films.

-         Au moins cinq années d’expérience comme réalisateur de films documentaires ou de journaliste producteur d’émissions, de documentaires ou de films, notamment dans le domaine du développement social 

    V.        Autres exigences et atouts

-         Etre de nationalité congolaise ;

-         Excellente capacité de rédaction et de communication ;

-         Familiarité avec l’outil informatique et expérience dans le montage numérique ;

-         Une compétence  de coordination et de travail en équipe ;

-         Expression facile en Français ;

-         Bonne connaissance de l’anglais ;

-         La connaissance de la RDC est un atout ;

-         Travail dans un environnement multiculturel et sous pression.

  VI.        Période de réalisation

La production du documentaire prendra au maximum 44 jours ouvrables, y compris les déplacements à l’intérieur du pays et la remise de la version finale de DVD à l’UNFPA.

 VII.        Rémunération

La rémunération sera fonction de l’expérience et des diplômes obtenus

VIII.        Dépôt des candidatures

Les dossiers de  candidature comprenant une lettre de motivation, le curriculum vitae et les photocopies de diplômes et attestations  sont adressés sous pli fermé à Monsieur le Représentant Résident a.i de l’UNFPA, Avenue du 30 Juin n°30, commune de la Gombe (en face du cimetière de la Gombe)

Les candidatures peuvent aussi être envoyées par courriel électronique à l’adresse suivante : emploi@unfpardc.org

Seul (e)s les candidat(e) s retenu(e)s seront appelé (e)s pour l’interview.

 

Comments