Offres d'emploi‎ > ‎

Coordinateur Monitoring et Evaluation (M&E) H/F

Avis de recrutement


Coordinateur Monitoring et Evaluation (M&E) H/F

Lieu de travail : Goma

Date de clôture : 31 Août 2014

 

      I.        Solidarités International dans le pays

SI est présente depuis l’année 2000 dans l’est de la République Démocratique du Congo. Depuis le 01/11/12 a été lancée la fusion des missions Nord/Sud Kivu et PO pour créer la Mission Est dont la coordination est à Goma.

Les actions actuelles de la mission s’articulent autour de 3 axes :

-         La sécurité alimentaire

-         L’Eau, l’assainissement et l’hygiène

-         Le RRMP : Programme de Réponse Rapide aux Mouvements de Population (RRMP) par l’identification des populations en situation de vulnérabilité extrême et une assistance ciblée en biens de première nécessité (distribution, foires de non-vivres) et en eau, hygiène et assainissements. Mécanisme de Réponse Rapide (financement UNICEF).

Ce programme est réparti sur 2 zones d’interventions : le Nord Kivu et la Province Orientale. Le plus gros volume d’activité se trouve au Petit Nord Kivu du fait de la crise actuelle.

    II.        Organisation de la mission

La Mission Est est constituée :

-         D’une équipe de coordination (basée à Goma au Nord Kivu)

-         De 5 bases opérationnelles ( Dingila, Bunia, Béni, Goma, Baraka) et de 5 sous-bases.

 

   III.        Contexte spécifique à la zone d’intervention

Depuis 1997, l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC) est le théâtre d’une grave crise humanitaire. Après une série de négociations, la mise en place d’un nouveau gouvernement – début 2007 – avait donné de bons espoirs d’amélioration des conditions de vie des populations. Une partie importante du pays a été pacifiée. Or, à nouveau aujourd’hui, le Nord Est de la RDC se retrouve dans une phase critique où des évènements comme la persistance des groupes armés et le manque de reprise des activités microéconomique menacent les progrès faits jusqu’alors.

Les provinces du Nord et du Sud Kivu restent marquées par la présence de divers groupes politico-militaires qui mènent sporadiquement des opérations de guérilla, et par la récurrence des opérations menées par les Forces Armées de la République Démocratique du Congo (FARDC) contre ces groupes. Ces facteurs d’insécurité persistants génèrent des crises humanitaires répétitives.

L’appropriation des ressources minières et le contrôle des routes de trafic constituent des enjeux de premier plan pour les diverses forces en présence.

  IV.        Mission

Le coordinateur M&E, en tant que référent technique sur la mission :

-         Contribue à l’élaboration de la stratégie Solidarités International, en proposant l’intégration du genre et de mesures de DO NO HARM dans les programmes de SI ;

-         Est le garant de la conduite des évaluations internes des programmes SI selon une méthodologie pertinente et décidée avec les coordinateurs techniques et s’assure :

.          De l’adéquation de leurs conclusions avec les principes directeurs de SI (contenus dans sa Charte de SI) ;

.          De l’intégration du genre et des mesures de Do No Harm ;

.          De la qualité de mise en œuvre des activités par SI et de leur pertinence ;

.          Est garant de la formation des équipes de son service et d’intervention dans ses domaines de compétence (M&E, Do No Harm, genre, principe de redevabilité, participation communautaire, inclusion du handicap) ;

.          Contribue à la démarche de capitalisation et d’amélioration des méthodes et techniques relevant de son service et il est garant de la transversalité de son département dans tous les programmes en place.

    V.        Fonction

Liste des principales activités :

-        Orientation stratégique ;

-        Evaluations internes des programmes SI ;

-        Formation et appui technique ;

-        Capitalisation ;

-        Coordination et suivi opérationnel ;

-        GRH ;

-        Reporting / communication / représentation.

 

  VI.        Formation

Etude supérieure (min. bac +3) dans le domaine des statistiques, du contrôle qualité ou de coordination de projets humanitaires.

 VII.        Expérience

-        Minimum 4 an dans le domaine humanitaire, soit dans un secteur EHA ou SA, soit dans un secteur de monitoring et /ou de contrôle qualité ;

-        Expérience avec des partenariats locaux serait un plus ;

-        Expérience en analyse financière serait un plus ;

-        Expérience de formation est un plus.

 

VIII.        Compétences et connaissances techniques

 

-        Compétences à communiquer et informer ;

-        Compétences en gestion et motivation d’équipes ;

-        Capacités à travailler en équipe ;

-        Fortes capacité d’adaptation, d’analyse, d’organisation et de gestion des priorités ;

-        Capacités rédactionnelles, rigueur et autonomie ;

-        Capacité à synthétiser et à diffuser l’information ;

-        Capacité d’initiative ;

-        Connaissances générales en gestion/finance humanitaire ;

-        Force de proposition ;

-        Forte capacité de compréhension des contextes.

 

  IX.        Savoir être

-         Diplomatie et capacité à la négociation et aux compromis, ouverture d’esprit, tolérance, rigueur, autonomie, calme, patience ;

-         Grande capacité de travail ;

-         Capable de travail en milieu sécuritaire tendu ;

-         Souplesse dans la gestion du travail.

 

    X.        Langues

 

-         Maitrise du Français obligatoire, Anglais ou langues régionale sont un plus.

 

  XI.        Conditions

Poste salarié : à partir de 2000 euros brut par mois, selon expérience, plus 10% de prime de congés payés versés mensuellement et Per Diem mensuel de 500 USD.

Solidarités International prend également en charge les frais d’hébergement ainsi que les frais de déplacements entre le pays d’origine de l’expatrié et le lieu de mission.

-         Couverture sociale : L’expatrié bénéficie d’une couverture sociale de qualité permettant de couvrir tous les frais de santé et d’une prévoyance accident incluant les risques de guerre.

-         Break : En cours de mission, une alternance travail – repos est assurée par des breaks prévus tous les trois mois. Sur la base d’une mission de 1 an, l’expatrié prendra un break d’une semaine à 3 et 9 mois de mission (avec une participation de 500 euros versée par Solidarités) ainsi qu’un break de 15 jours à 6 mois de mission (avec une prise en charge du billet d’avion aller et retour entre la mission et le lieu de résidence).

Personne de contact : Mano GAUDIN, Chargée de Recrutement et Suivi

How to apply :

CV + Lettre de Motivation https://emea3.recruitmentplatform.com/appproc/index.cfm?event=createSess...

 

Comments